Après le premier tour, faisons barrage à Le Pen et retrouvons-nous mercredi à 19h pour échanger avec Noël Mamère

>>> RDV le 26 avril à 19h pour échanger sur la situation politique avec Noël Mamère (informations ici) !

Julien Bayou et Noël Mamère

Après une longue campagne ponctuée de rebondissements inédits et polluée comme jamais par les affaires, Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont arrivés en tête hier soir.

J’appelle évidemment à faire barrage à la menace frontiste. Cela ne vaut pas quitus, loin de là, vis-à-vis du projet de Macron qui, pour ce que l’on en connaît, fait craindre une politique libérale et peu écologiste.

J’entends les arguments de celles et ceux qui, instruits par le précédent Chirac, élu “par réflexe républicain” pour mener finalement un quinquennat inutile qui n’a fait que nourrir le désespoir, disent vouloir rester chez eux.

Il faut cependant mesurer le danger que représenterait l'accession de Le Pen à la présidence de la République. Pour parler concret, donnez-lui les clés des institutions de la Ve République sous état d’urgence et vous n’êtes pas sûrs de pouvoir les reprendre à la faveur d’une alternance. Marine Tondelier, élue écologiste d’opposition à Hénin-Beaumont expérimente la pratique du pouvoir (municipal) à la sauce frontiste et le décrit dans son livre, “Nouvelles du Front”, cela n’a rien de banal, c’est glaçant.

Alors la mobilisation doit être puissante : il ne s’agit pas seulement de battre Marine Le Pen mais de la mettre le plus bas possible car ce qui est en cause, c’est l’idée même de démocratie, de la dignité humaine, de la cohésion sociale et de notre capacité à vivre ensemble dans le respect mutuel.

A la différence du projet autocratique de Le Pen, le projet de Macron, sur lequel je ne me fais aucune illusion, peut néanmoins être contesté, amendé à l’Assemblée, orienté ou contré par la pression citoyenne et sera finalement battu dans les urnes par une force politique œuvrant pour une société plus juste et plus écologique.

Nos prochains rendez-vous, les élections législatives des 11 et 18 juin, sont l’occasion de construire un Parlement qui fera contrepoids au pouvoir exécutif du Président.

Cela implique de tirer les leçons de l’incapacité de la gauche et des écologistes à se rassembler. Alors que les campagnes de Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ont montré que l’écologie était au cœur du projet du camp progressiste, elles se sont de fait auto-éliminées. Nous avons toutes les raisons d'être tristes. Pourtant, plutôt que de refaire le film et chercher des coupables, je crois qu’il nous appartient de construire cette force capable de gagner des élections et de concrétiser cette majorité que nous sentons poindre ici et là dans le pays. 
Nous ne sommes pas condamnés à reproduire les mêmes erreurs. Un groupe rouge-rose-vert à l’Assemblée permettrait de peser sur le mandat d’un président dépourvu d’une majorité absolue. Il faut donner un débouché électoral à des orientations politiques soutenues par un quart des votants hier dans les urnes. Ce n’est pas rien. En juin, nous pouvons construire ce groupe autour des points qui nous rassemblent : accompagner les évolutions de nos pratiques institutionnelles, contrer la casse du droit du travail ou de la sécurité sociale, défendre et promouvoir l’écologie et nos biens communs. A nous d’élire des députés combatifs, intègres et militants, qui soutiennent les luttes sociales et écologistes et relaient dans les institutions ce que la société civile défriche et expérimente.

Nous ne pourrons le faire qu'ensemble. Commençons, à notre échelle, par les législatives dans les 3e et 10e arrondissements de Paris. Dans les prochains jours, plutôt que nous auto-éliminer à nouveau, nous devrons travailler à ce rassemblement, localement comme nationalement.

Dans l’immédiat, je vous donne rendez-vous mercredi pour échanger avec Noël Mamère, député et ancien candidat à la présidentielle, sur la situation à l'issue du premier tour et les choix qui s'offrent à nous. Nous aborderons également ensemble les questions de recomposition de la gauche, le second tour, le prochain quinquennat, les candidatures unitaires et tout autre sujet que vous voudrez aborder.

Inscriptions ici http://www.julienbayou.fr/cafe-citoyen-avec-noel-mamere

QUAND
mercredi 26/04/2017 de 19h à 21h

Galerie Mansart
5 rue Payenne
Paris 75003

Et enfin, rejoignez la campagne ! Rdv samedi 29 avril 14H30 pour une réunion de campagne au 21 rue Albert Thomas et décider ensemble de la suite.

Retrouvez les mobilisations et choisissez celles auxquelles vous souhaitez participer ici.

A très vite,
Julien 


Soyez la première à commenter

Je m'inscris à la lettre de campagne