Pour un revenu de base suffisant

Je défends un revenu inconditionnel de gauche, d'un montant suffisant pour échapper à la pauvreté à l'exclusion et à l'exploitation.

 

Verser un revenu à tous, sans condition ni contrepartie, l’idée est à la mode. Tous les candidats à la présidentielle ont même été invités à donner leur avis sur le sujet ! Quand on parle de revenu de base, on parle d’une somme d’argent versée mensuellement à tout le monde, sans condition et de manière individuelle. Toute autre allocation qui ne serait pas universelle, inconditionnelle et individuelle n’est pas un revenu de base.

Une fois passé cette définition, qui fait consensus, il faut alors rentrer dans les détails : le montant, l’impact sur la protection sociale, sur le droit du travail, sur la distribution des revenus, mais aussi, plus fondamentalement, la justification philosophique avancée, les objectifs visés, et le projet politique qui les accompagne. C’est à ce moment-là qu’un clivage apparaît : entre progressistes et écologistes d’un côté et libéraux et conservateurs de l’autre.

Non au revenu de base libéral

Ces derniers souhaitent un revenu de base libéral pour instaurer une sorte de RSA inconditionnel pour solde de tout compte, ne changeant rien au partage des richesses et permettant de supprimer à bon compte la protection sociale, le smic, les services publics gratuits, ou encore la progressivité de l’impôt. Nous ne voulons rien de tout ça!

Voici ce que nous proposons : un revenu inconditionnel, d’un montant suffisant pour échapper à la pauvreté, à l’exclusion et à l’exploitation. A ce titre, ce revenu ne pourrait être inférieur au seuil de pauvreté, qui se situe aujourd’hui à un peu plus de 1 000 € par adulte (300 € par mineur). Nous proposons un revenu versé à tous les résidents (sans condition de nationalité), au nom de la contribution de tous à l’enrichissement collectif et venant donc reconnaître cette contribution, sous toutes ses formes.

Voilà pour la proposition concrète, ses objectifs et son fondement. Quant au projet politique dans lequel elle s’inscrit, soyons clair, il s’agit de sortir du capitalisme et du productivisme en saisissant chacune de ces questions si précieuses que soulève immanquablement le revenu inconditionnel tel que nous le défendons.

La question du partage des richesses, la question de la réduction du temps de travail, la question du partage des tâches, car il n’est pas acceptable que ce soit toujours les mêmes qui s’y collent, la question de la propriété qui légitime la spéculation et qui doit impérativement céder la place à la possession fondée, elle, sur le droit d’usage. Tout cela en ramenant impérativement notre empreinte écologique sous le plafond de soutenabilité.

De la centralité de l’emploi…

Certains à gauche militent contre le revenu inconditionnel, nous tenons à attirer leur attention sur trois points. 1. Il ne faut pas confondre le revenu de base libéral et le revenu inconditionnel suffisant et émancipateur que nous défendons. 2. Le combat pour la mise en place d’un revenu inconditionnel n’est pas opposé, il est même complémentaire, à d’autres combats qui doivent continuer d’être menés en parallèle : la réduction du temps d’emploi, la lutte pour la reconnaissance de tous, la promotion d’une équité qui ne saurait se limiter à une simple égalité des chances. 3. C’est un projet audacieux, qui a en outre le mérite d’interpeller une certaine gauche, trop attachée à l’emploi pour voir que l’on peut travailler en dehors et que certains y aspirent sans que cela fasse d’eux des assistés. Une certaine gauche qui a tendance à confondre droit au travail et devoir d’emploi.

En 2011 nous appelions la gauche à se mettre au travail sur cette question. Le travail est en cours, mais il faut maintenant le politiser, ne pas avoir peur des controverses, car l’idée du revenu inconditionnel n’est pas une proposition consensuelle. Au contraire, c’est une occasion de réactiver le clivage gauche/ droite, progressistes et écologistes d’un côté, conservateurs et libéraux de l’autre.

Retrouvez cette tribune sur Libération  

 


Voici 1 réaction

  • published this page in Les Propositions 2017-01-05 17:58:34 +0100

Je m'inscris à la lettre de campagne