De Ruffin à #StopCorruption, un weekend de luttes pour façonner une République de confiance

Ruffin.jpg

Ce vendredi 17 février, nous étions 600 à lancer la campagne de François Ruffin en Picardie. Des citoyen-ne-s sans étiquette, écologistes, communistes, insoumis-e-s, membres d'Ensemble! se sont rassemblés pour porter le projet d’un candidat citoyen. Autour de lui, la gauche se donne une chance de faire vivre ses idées et ses projets, car comme le dit le réalisateur de Merci Patron, "avec l'unité on n’est pas sûrs de gagner, mais avec la division on était sûrs de perdre" !

ruffin_salle.jpg 

Ses premiers engagements pour un mandat de confiance avec les habitant-e-s sont simples, de bon sens, mais pourtant encore trop rares dans le paysage politique. Révocabilité de l’élu, transparence de l’utilisation des frais de mandat et de la réserve parlementaire, baisse de l’indemnité… Pour ne plus laisser la transparence à la bonne volonté des élu-e-s et parce qu’ils et elles sont au service du peuple souverain.

Comment est-il encore possible de candidater à une élection nationale avec un casier judiciaire ? Pourquoi certains choix cruciaux pour notre pays peuvent être votés par un hémicycle presque vide à l’Assemblée Nationale ?

Ces questions, nous étions des centaines à les poser dimanche  sur la place de la République à Paris et partout en France à l’appel de Nuit Debout pour le rassemblement “contre la corruption des élus” !

Nous réclamons une véritable transformation de nos institutions pour une démocratie plus directe, dans laquelle les citoyen-ne-s ont prise sur les choix politiques, dans laquelle l’humain a plus de place qu’un lobby commercial pour décider de l’avenir.

J'ai pris la parole à ce rassemblement #StopCorruption. Merci à @remybuisine (Brut) pour ses images.

Nous devons être nombreux pour faire le ménage, remplacer ces élus qui ont failli et réparer nos démocraties. Interpellez vos candidat-e-s député-e-s sur ces sujets, en vous aidant des propositions faites par les associations Anticor et Transparency. N’oublions pas, comme le dit le slogan de campagne de F. Ruffin : « Ils ont l’argent, on a les gens ».

En ce qui me concerne, j'ai lancé une consultation sur mon site internet : julienbayou.fr/ethique.

Mais d'ores et déjà, je m’engage, si je suis élu député du 3e et du 10e arrondissement de Paris, à :

- faire gérer la réserve parlementaire (130 000 euros par an) par un jury citoyen,

- assurer la transparence de l'indemnité de frais de mandat (6000 euros par mois),

- réduire mon indemnité,

- militer pour la suppression de la Cour de Justice de la République car les ministres doivent être des justiciables comme les autres.

 

Et pour la suite : contribuez sur julienbayou.fr/ethique !

Je m'inscris à la lettre de campagne